Le siméprévir (Galexos)

Sommaire

Le siméprévir est un médicament utilisé pour le traitement de l’hépatite C. Il est prescrit en combinaison avec d’autres médicaments pour guérir les personnes atteintes du virus de l’hépatite C. Le siméprévir est approuvé au Canada pour le traitement du génotype 1 du virus. On prend le siméprévir en une seule dose quotidienne de 150 mg, en combinaison avec le peg-interféron une fois par semaine et la ribavirine deux fois par jour. Une éruption cutanée figure parmi les effets secondaires peu nombreux du siméprévir. Les autres effets secondaires du traitement sont principalement causés par le peg-interféron et la ribavirine, tels que la fatigue, la nausée et la dépression. Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette maladie, mais il est possible de se faire infecter de nouveau.

Qu’est-ce que le siméprévir?

Le siméprévir est un médicament utilisé pour le traitement de l’hépatite C. Il est vendu sous le nom de marque Galexos. Il est utilisé en combinaison avec d’autres médicaments pour guérir les personnes porteuses du virus de l’hépatite C.

Comment le siméprévir agit-il?

L’hépatite C est une maladie du foie qui est causée par un virus. Un virus est un microbe minuscule qui fait des copies de lui-même grâce à un processus appelé réplication. Il existe au moins six souches différentes du virus de l’hépatite C; un autre mot pour souche est génotype.

Le siméprévir est un médicament antiviral à action directe (AAD). Les AAD sont un groupe de médicaments qui s’attaquent directement aux virus, dont celui de l’hépatite C, afin de les empêcher de faire des copies d’eux-mêmes.

Le siméprévir est un genre d’AAD appelé inhibiteur de la protéase. Il interfère avec la reproduction du matériel génétique du virus de l’hépatite C, de sorte que la production de nouveaux virus s’arrête.

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette maladie, mais il est possible de se faire infecter de nouveau.

Comment les personnes utilisent-elles le siméprévir?

On prend le siméprévir sous forme de pilule à raison de 150 mg par jour. Il est utilisé en combinaison avec le peg-interféron et la ribavirine. Il est nécessaire de prendre le siméprévir avec de la nourriture, mais le type de nourriture n'a pas d'importance.

Le siméprévir est approuvé au Canada pour le traitement du génotype 1 du virus de l’hépatite C chez les personnes de 18 ans ou plus.

Combien de temps le traitement dure-t-il?

Génotype du VHC

Combinaison

Durée du traitement

génotype 1

siméprévir  + peg-interféron + ribavirine

12 semaines de siméprévir + peg-interféron + ribavirine, suivi de 12 à 36 semaines de peg-interféron + ribavirine

Votre médecin mesurera la quantité de virus de l'hépatite C dans votre sang (charge virale en VHC) à la quatrième et à la 12e semaine suivant le début du traitement pour déterminer si vous devriez poursuivre le traitement et, le cas échéant, pendant combien de temps.

Lors des essais cliniques, la majorité des participants répondaient bien au traitement écourté de 24 semaines.

Observance thérapeutique

Tous les médicaments agissent le mieux lorsqu’on les prend en suivant les prescriptions à la lettre. Cela consiste à prendre la bonne dose des médicaments à l’heure indiquée et pour toute la durée du traitement. Les doses manquées ou l’arrêt de la médication peuvent compromettre l’efficacité du traitement et réduire les chances de guérir.

Le virus de l’hépatite C peut acquérir une résistance à certains médicaments si les prescriptions et autres consignes ne sont pas respectées. Si cela arrive, les médicaments en question perdront leur efficacité contre le virus et ne pourront être utilisés pour traiter cette infection. Voir la section sur la résistance pour en savoir plus sur le cas du siméprévir.

Que faire si vous avez oublié de prendre vos médicaments?

Si vous manquez l'heure habituelle de votre dose de siméprévir de moins de 12 heures, vous pouvez la prendre avec de la nourriture dès que vous vous en rendez compte. Prenez ensuite votre prochaine dose à l'heure habituelle.

Si vous avez manqué votre dose de siméprévir de plus de 12 heures, sautez la dose en question et prenez la suivante à l'heure habituelle.

Si vous trouvez que vous êtes incapable de prendre vos médicaments en suivant les prescriptions à la lettre, parlez-en à votre médecin ou infirmier. Vous pouvez aussi consultez la section « Conseils pour bien suivre votre traitement » dans la ressource de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

Quelles sont les chances de guérir sous l’effet d’un traitement comportant le siméprévir?

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette infection.

Lors des essais cliniques de phase avancée sur le siméprévir et le peg-interféron et la ribavirine, les taux de guérison approximatifs étaient les suivants :

Personnes porteuses du génotype

Taux de guérison

génotype 1

80 % à 81 %

Les personnes atteintes de graves lésions hépatiques (cirrhose) affichaient des taux de guérison de 60 % lors des essais cliniques.

Mentionnons que les taux de guérison sont parfois plus faibles dans la vraie vie, c’est-à-dire en dehors des essais cliniques.

Dans le cas de l’hépatite C, le terme guérison est synonyme de réponse virologique soutenue (RVS). Cela veut dire que le virus de l’hépatite C n’est plus décelable dans le sang 12 ou 24 semaines après la fin du traitement.

Mises en garde

Traitement d’association

Le siméprévir doit être utilisé en combinaison avec le peg-interféron et la ribavirine. Ainsi, tous les avertissements se rapportant au peg-interféron et à la ribavirine s’appliquent aussi aux personnes envisageant un traitement comportant le siméprévir. Pour en savoir plus sur le peg-interféron et la ribavirine, consultez les feuillets d’information sur le Pegasys ou le Pegetron.

La mutation Q80K

Chez certaines personnes porteuses du génotype 1a du virus de l'hépatite C, le matériel génétique viral a subi un changement désigné par le terme mutation Q80K. La mutation Q80K réduit les chances de guérir sous l'effet d'un traitement comportant du siméprévir. Si cette mutation virale est présente avant le début du traitement, le siméprévir est à éviter. Les personnes présentant cette mutation devraient discuter de leurs options de traitement avec leur médecin.

Grossesse et allaitement

Certains médicaments utilisés pour le traitement de l'hépatite C peuvent nuire au fœtus, alors il est important que vous parliez à votre médecin si vous êtes enceinte ou envisagez une grossesse.

Les personnes suivant un traitement de l'hépatite C qui sont susceptibles de tomber enceintes ou qui ont des partenaires sexuels susceptibles de tomber enceintes devraient utiliser deux méthodes de contraception fiables.

Les personnes qui prennent le siméprévir et ont un bébé devraient éviter d’allaiter leur enfant.

Photosensibilité

Lors des essais cliniques, un faible nombre de personnes recevant le siméprévir ont souffert de photosensibilité, soit une forte sensibilité à la lumière du soleil pouvant causer une éruption cutanée ou même un coup de soleil grave lorsque le patient est exposé au soleil. Si vous prenez le siméprévir, évitez toute exposition excessive au soleil et l'utilisation des appareils de bronzage. Le port de manches longues, de pantalons, d'un chapeau et de l'écran solaire pourrait aussi vous protéger.

Éruption cutanée

Certaines personnes qui prennent le siméprévir présentent une éruption cutanée dont l'intensité varie de légère à grave. Si vous avez une éruption cutanée, consultez votre médecin.

Hépatite B

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis recommande que toutes les personnes qui s’apprêtent à suivre un traitement anti-hépatite C fondé sur des AAD soient testées pour l’hépatite B avant de commencer le traitement.

La FDA a fait cette recommandation pour la raison suivante : si les personnes atteintes à la fois de l’hépatite C et de l’hépatite B ne reçoivent pas de traitement contre l’hépatite B, les AAD sont susceptibles de réactiver l’hépatite B pendant ou après le traitement. Pour en savoir plus sur le dépistage de l’hépatite B, parlez-en à votre médecin ou infirmier.

Populations particulières

Personnes qui ne devraient pas être traitées avec du siméprévir

  • personnes ayant des génotypes de l'hépatite C autres que le génotype 1
  • personnes de moins de 18 ans
  • personnes ayant déjà reçu le bocéprévir (Victrelis) ou le télaprévir (Incivek) qui n'ont pas guéri de l'hépatite C
  • personnes présentant de graves lésions hépatiques (classe C de Child-Pugh)
  • personnes souffrant d’insuffisance hépatique (cirrhose décompensée)
  • personnes ayant subi une greffe d'organe ou celles en attente d'une greffe d'organe
  • personnes ayant une intolérance au galactose (affection héréditaire rare)

Personnes au sujet desquelles les données sont limitées ou inexistantes quant à l'efficacité du siméprévir

Les données d'essais cliniques sur l'efficacité du siméprévir en association avec le peg-interféron et la ribavirine sont limitées ou inexistantes en ce qui concerne les groupes suivants :

  • personnes de plus 65 ans
  • personnes présentant une grave déficience rénale ou une insuffisance rénale terminale
  • personnes co-infectées par le virus de l'hépatite B

Si vous appartenez à l'un des groupes mentionnés ci-dessus, les risques et les bienfaits du siméprévir doivent être rigoureusement évalués, alors parlez à votre médecin des options de traitement les plus appropriés. Il est possible que votre médecin ou spécialiste ait déjà traité des personnes appartenant à ces groupes particuliers.

Personnes co-infectées par le VIH

Lors d'un essai clinique de phase avancée sur le siméprévir, le peg-interféron et la ribavirine mené auprès de personnes co-infectées par l'hépatite C et le VIH, les taux de guérison s'élevaient en moyenne à 74 %. La durée du traitement a été la même chez les participants ayant le VIH et ceux n'ayant pas le VIH.

Conduite d'automobile et utilisation de machines

Le traitement associant le siméprévir, le peg-interféron et la ribavirine pourrait compromettre votre capacité de conduire un véhicule ou d'utiliser des machines. Si vous vous sentez sur le point de vous évanouir ou si vous avez de la difficulté à voir clair, évitez de conduire ou d'utiliser des machines.

Effets secondaires

Lorsque le siméprévir est utilisé avec le peg-interféron et la ribavirine, les effets secondaires les plus courants sont les suivants :

En général, la majorité de ces effets secondaires est causée par le peg-interféron et/ou la ribavirine.

Interactions médicamenteuses

Consultez toujours votre médecin ou pharmacien avant de prendre d’autres médicaments sur ordonnance ou en vente libre ou bien des substances, y compris la méthadone ou tout autre traitement de substitution aux opiacés, les plantes médicinales, les suppléments et les drogues.

Les interactions médicamenteuses se produisent lorsqu’un médicament influence la façon dont un autre médicament est absorbé, utilisé ou évacué du corps. Certains médicaments peuvent interagir avec le siméprévir, de sorte que le taux de l’un ou l’autre des médicaments augmente ou diminue dans le corps. Un taux plus élevé peut causer de nouveaux effets secondaires ou aggraver les effets secondaires existants. En revanche, un taux diminué risque de compromettre l’efficacité du traitement en question.

Lorsque le siméprévir est utilisé avec les médicaments suivants, il y a risque d’interactions médicamenteuses importantes. Cette liste n’est pas exhaustive :

  • médicaments contre les arythmies cardiaques : amiodarone, digoxine (Toloxin), disopyramide (Rythmoden), flécaïnide, lidocaïne (lorsque administrée par injection), mexilétine, propafénone, quinidine
  • médicaments contre les infections bactériennes : clarithromycine (Biaxin), érythromycine, télithromycine
  • médicaments pour prévenir les caillots sanguins : warfarine (Coumadin)
  • médicaments pour prévenir les crises de nature épileptique : carbamazépine, oxcarbazépine, phénobarbital, phénytoïne
  • médicaments par voie orale contre les infections fongiques : itraconazole, kétoconazole, posaconazole, voriconazole, fluconazole
  • médicaments contre les infections comme la tuberculose : rifabutine, rifampine, rifapentine
  • médicaments pour réduire la tension artérielle : amlodipine, bépridil, diltiazem, félodipine, nicardipine, nifédipine, nisoldipine, vérapamil
  • stéroïdes : dexaméthasone par injection ou voie orale
  • médicaments anti-VIH : atazanavir (Reyataz), darunavir (Prezista, également dans le Prezcobix), mésylate de delavirdine (Rescriptor), éfavirenz (Sustiva, également dans l'Atripla), étravirine (Intelence), fosamprénavir (Telzir), indinavir (Crixivan), lopinavir (dans le Kaletra), nelfinavir (Viracept), névirapine (Viramune), ritonavir (Norvir), saquinavir (Invirase), tipranavir (Aptivus) et cobicistat (ingrédient du Prezista et du Stribild)
  • médicaments pour réduire le cholestérol : atorvastatine (Lipitor), lovastatine, pravastatine, rosuvastatine (Crestor), simvastatine
  • médicaments pour affaiblir la réponse immunitaire ou prévenir le rejet d'organes transplantés : sirolimus (la cyclosporine est déconseillée)
  • médicaments contre l'hypertension pulmonaire : sildénafil (Revatio), tadalafil (Adcirca)
  • médicaments contre les problèmes de sommeil et/ou l'anxiété : triazolam
  • toute plante médicinale, surtout celles utilisées pour traiter la dépression, telles que le millepertuis (Hypericum perforatum) ou ses ingrédients actifs l'hyperforine ou l'hypéricine, et le chardon Marie (Silybum marianum)

Les médicaments suivants ne sont pas vendus au Canada, mais les fabricants ont observé des interactions médicamenteuses avec le siméprévir. Il est possible que vous les voyiez lors de vos voyages à l'étranger.

  • médicaments pour traiter certains problèmes d'estomac : cisapride
  • médicaments pour réduire le cholestérol : pitavastatine
  • médicaments pour traiter les problèmes de sommeil et/ou l'anxiété : midazolam (lorsque administré par voie orale)
  • antihistaminiques : astémizole et terfénadine

Parlez à votre infirmier, médecin ou pharmacien si vous prenez n’importe lequel des médicaments mentionnés. Une bonne stratégie pour gérer les interactions médicamenteuses consiste à aviser votre médecin et pharmacien de toutes les substances que vous prenez, y compris les médicaments sur ordonnance et en vente libre, les drogues, les plantes médicinales, les suppléments et toute autre substance. Si vous avez plus d’un médecin ou pharmacien, il est possible que certaines interactions médicamenteuses passent inaperçues. Si vous vous faites prescrire des médicaments par plus d’un médecin, avisez chacun d’entre eux de toutes les substances que vous prenez. Si possible, faites exécuter toutes vos ordonnances dans la même pharmacie.

Résistance

La résistance médicamenteuse se développe lorsque le virus subit des mutations, ou changements, pendant le processus de réplication. Certaines mutations permettent au virus de résister aux médicaments contre l’hépatite C. Lorsque cela arrive, les médicaments en question deviennent moins efficaces ou cessent d’agir. La résistance peut se développer lorsqu’un patient ne prend pas ses médicaments en suivant les posologies à la lettre.

Lors des essais cliniques, un faible nombre de personnes ont acquis une résistance au siméprévir, et le traitement n'a pas guéri la majorité d'entre elles. La signification de cette résistance médicamenteuse pour les options de traitement futures n'est pas claire. Si votre virus de l'hépatite C acquiert une résistance au siméprévir, parlez à votre médecin de vos options de traitement futures. De nouvelles combinaisons de médicaments sont en voie de développement et seront disponibles au cours des prochaines années. Il est possible que certaines d'entre elles soient efficaces contre les souches de l'hépatite C résistantes au siméprévir.

Accessibilité

Le siméprévir, qui est fabriqué par Janssen, a été approuvé par Santé Canada et est disponible dans ce pays.

Votre infirmier, médecin ou pharmacien pourra vous renseigner davantage sur la disponibilité et la couverture du siméprévir dans votre région.

Pour obtenir de l’information sur la couverture provinciale et territoriale des médicaments, consultez la section La couverture de frais dans votre région de la ressource en ligne de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

Remerciements

Nous remercions Alnoor Ramji, MD, FRCP(C) pour son examen à titre d’expert.

Références

  1. Janssen Inc. Galexos (simeprevir) Product monograph. 2014.
  2. Jacobson IM, Dore GJ, Foster GR, et al. Simeprevir with pegylated interferon alfa 2a plus ribavirin in treatment-naive patients with chronic hepatitis C virus genotype 1 infection (QUEST-1) : a phase 3, randomised, double-blind, placebo-controlled trial. The Lancet. 2014 Aug; 384: 403-413.
  3. Manns M, Marcellin P, Poordad F, et al. Simeprevir with pegylated interferon alfa 2a or 2b plus ribavirin in treatment-naïve patients with chronic hepatitis C virus genotype 1 infection (QUEST-2): a randomised, double-blind, placebo-controlled phase 3 trial. The Lancet. 2014 Aug; 384: 414-426.
  4. Dieterich D, Rockstroh JK, Orkin C, et al. Simeprevir (TMC435) plus PegIFN/ribavirin in HCV genotype-1/HIV-1 coinfection (Study C212). Program and abstracts of the 21st Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, March 3-6, 2014, Boston, USA. Abstract 24.
  5. Dieterich D, Rockstroh JK, Orkin C, et al. Simeprevir (TMC435) with Pegintereron/Ribavirin in patients coinfected with HCV genotype-1 and HIV-1: A Phase III study. Clinical Infectious Diseases. 2014; in press.

Auteur(s) : Anderson S

Publié : 2014