La ribavirine (Copegus, Ibavyr, Moderiba)

Sommaire

La ribavirine est un médicament utilisé pour le traitement de l’hépatite C. Elle est utilisée en combinaison avec d’autres médicaments pour guérir les personnes atteintes du virus de l’hépatite C. On prend la ribavirine par voie orale deux fois par jour avec de la nourriture. Les effets secondaires courants incluent la fatigue, l’anémie (taux de globules rouges inférieur à la normale), les problèmes de sommeil et les maux de tête. Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette maladie, mais il est possible de se faire infecter de nouveau si l’on est exposé au virus à l’avenir.

Qu’est-ce que la ribavirine?

La ribavirine est un médicament qui est utilisé en combinaison avec d’autres médicaments pour traiter l’hépatite C. Elle se vend seule sous les noms de marque Ibavyr et Moderiba. Elle se vend aussi en combinaison avec le peg-interféron sous les noms de marque Copegus et Pegetron.

Comment la ribavirine agit-elle?

L’hépatite C est une maladie du foie qui est causée par un virus. Un virus est un microbe minuscule qui infecte une cellule qu’il force ensuite à faire des copies du virus par le biais d’un processus appelé réplication. Il existe au moins six souches différentes du virus de l’hépatite C; un autre mot pour souche est génotype.

La ribavirine est un type de médicament antiviral appelé analogue nucléosidique. Il n’est pas clair de quelle manière précise la ribavirine agit pour contrer le virus de l’hépatite C.

Lorsqu’on la prend seule, la ribavirine est un médicament faible. Cependant, quand on la prend avec d’autres médicaments, tels que le peg-interféron et/ou le sofosbuvir ou le siméprévir, la combinaison est puissante.

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette infection. Toutefois, le fait de guérir de l’hépatite C ne vous empêche pas de contracter le virus à l’avenir.

Comment les personnes atteintes d’hépatite C utilisent-elles la ribavirine?

La ribavirine se prend sous forme de pilule deux fois par jour. La dose va habituellement de 800 à 1 200 mg/jour, selon le poids de la personne.

La ribavirine doit être utilisée en combinaison avec d’autres médicaments. Au Canada, la ribavirine est approuvée pour l’usage en combinaison avec les médicaments suivants :

Pour en savoir plus sur les médicaments utilisés avec la ribavirine, consultez les feuillets d’information à leur sujet en cliquant sur le nom du médicament qui vous intéresse.

La combinaison que prend le patient est choisie en fonction de son génotype, de ses antécédents de traitement (le cas échéant), de l’ampleur des dommages subis par son foie et d’autres considérations.

La ribavirine en combinaison avec le peg-interféron est approuvée au Canada pour les personnes porteuses des souches, ou génotypes, suivantes du virus de l’hépatite C : 1, 2, 3, 4, 5 ou 6. Lorsque la ribavirine est utilisée avec d’autres médicaments, il est possible qu’elle ne soit approuvée que pour les personnes atteintes de génotypes spécifiques du virus de l’hépatite C et/ou celles présentant de graves lésions hépatiques.

Combien de temps le traitement dure-t-il?

Dans le passé, le traitement standard de l’hépatite C reposait sur la combinaison de peg-interféron et de ribavirine. Au fur et à mesure que l’accès aux nouveaux traitements anti-hépatite C s’améliore au Canada, il est moins probable que les personnes atteintes d’hépatite C chronique prennent le peg-interféron et la ribavirine sans l’ajout d’un AAD. Les AAD sont un groupe de médicaments qui s’attaquent directement aux virus, dont celui de l’hépatite C, afin de les empêcher de faire des copies d’eux-mêmes. Pour en savoir plus sur la durée des traitements associant les AAD au peg-interféron et à la ribavirine, consultez les feuillets d’information sur les AAD mentionnés ci-dessus.

Lorsque le peg-interféron et la ribavirine sont prescrits sans l’ajout d’un AAD, on les prend pendant 24 ou 48 semaines, selon le génotype viral et d’autres facteurs.

Comment prend-on la ribavirine?

La ribavirine se prend par voie orale deux fois par jour avec de la nourriture. La dose de ribavirine prescrite dépend de votre poids corporel. Votre médecin ou infirmier vous dira combien il faut en prendre.

Observance thérapeutique

Tous les médicaments agissent le mieux lorsqu’on les prend en suivant les prescriptions à la lettre. Cela consiste à prendre la bonne dose de médicaments à l’heure indiquée et pour toute la durée du traitement. Les doses manquées ou l’arrêt de la médication peuvent compromettre l’efficacité du traitement et réduire les chances de guérir.

Que faire si vous avez oublié de prendre vos médicaments?

Si vous manquez une dose de ribavirine et que vous vous en rendez compte dans les six heures suivant le moment habituel de votre prise, prenez-la dès que possible. Si plus de six heures sont passées depuis le moment de votre dose habituelle, sautez la dose oubliée et prenez la suivante à l’heure habituelle. Ne prenez pas de dose doublée.

Si vous trouvez que vous êtes incapable de prendre vos médicaments en suivant les prescriptions à la lettre, parlez-en à votre médecin ou infirmier. Vous pouvez aussi consultez la section « Conseils pour bien suivre votre traitement » dans la ressource de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

Quelles sont les chances de guérir sous l’effet d’un traitement comportant la ribavirine?

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette infection.

Lors des essais cliniques de phase avancée sur le peg-interféron et la ribavirine, les taux de guérison allaient de 45 % à 80 %, selon le génotype des participants. Lors des essais cliniques sur le peg-interféron et la ribavirine menés auprès de personnes co-infectées par l’hépatite C et le VIH, les taux de guérison étaient plus faibles que chez les personnes ayant seulement l’hépatite C (mono-infection).

Lors des essais cliniques où le peg-interféron et la ribavirine sont évalués en association avec des AAD, les taux de guérison sont plus élevés que chez les personnes recevant seulement le peg-interféron et la ribavirine. Pour en savoir plus sur les taux de guérison associés à ces combinaisons, consultez les feuillets d’information.

Mentionnons que les taux de guérison sont parfois plus faibles dans la vraie vie, c’est-à-dire en dehors des essais cliniques.

Quand on parle de l’hépatite C, le terme guérison est synonyme de réponse virologique soutenue (RVS). Cela veut dire que le virus de l’hépatite C n’est plus décelable dans le sang 12 ou 24 semaines après la fin du traitement.

Mises en garde

1. Traitement d’association

La ribavirine doit être utilisée en combinaison avec d’autres médicaments comme le peg-interféron, le siméprévir ou le sofosbuvir. Par conséquent, tous les avertissements se rapportant à ces derniers s’appliquent aussi aux personnes qui envisagent de prendre la ribavirine. Pour en savoir plus sur le peg-interféron, consultez les feuillets d’information sur Pegasys et Pegetron. Pour en savoir plus sur le sofosbuvir ou le siméprévir, consultez les feuillets d’information à leur sujet. Pour plus d’information sur tous les autres médicaments utilisés contre l’hépatite C, consultez les feuillets d’information.

2. Grossesse

Si vous êtes enceinte ou croyez l’être et que vous prenez la ribavirine, parlez à votre médecin sans tarder. Les personnes suivantes ne devraient pas utiliser ce médicament :

  • les personnes enceintes
  • les personnes qui pourraient tomber enceintes et leurs partenaires sexuels

On émet cette mise en garde parce que la combinaison de peg-interféron et de ribavirine pourrait nuire gravement au fœtus. Aucune grossesse ne devrait être envisagée pendant que vous ou votre partenaire suivez ce traitement. Si vous prévoyez avoir un bébé, vous devriez attendre six mois après la fin du traitement pour concevoir celui-ci. Notons aussi que la ribavirine peut être toxique pour les spermatozoïdes.

3. Allaitement

Les personnes qui prennent la ribavirine et ont un bébé devraient éviter d’allaiter leur enfant.

4. Problèmes cardiaques

Certaines personnes qui avaient un faible taux de globules rouges et/ou de fer dans le sang (anémie) ont éprouvé des problèmes cardiaques, y compris des crises cardiaques, pendant qu’elles utilisaient la ribavirine. Cherchez immédiatement un secours médical si vous éprouvez l’un des symptômes suivants : une sensation de douleur, de pression, de brûlure ou de lourdeur dans la poitrine, des sueurs, de la difficulté à respirer, une sensation de vertige ou de l’inconfort dans le haut du corps.

5. Problèmes de sang

La ribavirine peut causer la mort de certains globules rouges, alors que le peg-interféron peut nuire temporairement à la moelle osseuse et causer une baisse des taux de globules blancs et rouges. Les tests sanguins réguliers sont importants pour déceler et surveiller ce problème. La dose de ribavirine peut être réduite si vos taux de globules sanguins diminuent trop. Il est très important que vous voyiez régulièrement votre médecin pour vous faire examiner et passer des tests sanguins pendant que vous prenez la ribavirine et le peg-interféron.

Avisez toujours votre médecin et infirmier de tous les effets secondaires que vous éprouvez.

6. Acidose lactique

Le terme acidose lactique désigne une affection caractérisée par une forte accumulation d’acide lactique dans le sang. Elle peut se produire chez les personnes vivant avec le VIH, surtout si elles utilisent aussi les médicaments anti-VIH ddI (didanosine, Videx EC) et/ou d4T (stavudine, Zerit). Les signes/symptômes suivants peuvent survenir chez les personnes souffrant d’acidose lactique :

  • fatigue inattendue
  • nausées et/ou vomissements
  • douleur abdominale
  • essoufflement

Si vous éprouvez ces symptômes, parlez tout de suite à votre médecin. Des tests sanguins aideront votre médecin à déterminer si vous avez l’acidose lactique.

Populations spécifiques

La ribavirine n’a pas été testée chez les populations suivantes :

  • personnes enceintes
  • personnes de moins de 18 ans
  • personnes souffrant d’insuffisance hépatique (cirrhose décompensée)
  • personnes ayant reçu une greffe de foie
  • personnes souffrant d’une insuffisance ou d’une maladie rénale grave
  • personnes co-infectées par l’hépatite B

Les personnes aux prises avec les affections suivantes ne devraient pas prendre la ribavirine :

  • personnes ayant des antécédents de maladie cardiaque instable ou importante
  • personnes souffrant d’insuffisance rénale grave (débit de filtration glomérulaire estimé ou DFGe de moins de 50 ml/min)

Personnes de plus de 65 ans

Les personnes âgées de plus de 65 ans courent le risque d’éprouver des problèmes hépatiques, rénaux et cardiaques, ainsi qu’un risque accru d’anémie.

Personnes co-infectées par le VIH

La ribavirine et le sofosbuvir ont été testés chez des personnes co-infectées par le VIH et l’hépatite C. Pour en savoir plus, consultez le feuillet d’information sur le sofosbuvir.

Si vous appartenez à l’un des groupes mentionnés dans la section sur les populations spécifiques, parlez à votre médecin de vos options de traitement les plus appropriées.

Effets secondaires

Lorsque la ribavirine est utilisée avec d’autres médicaments, tels que le sofosbuvir ou le peg-interféron, les effets secondaires les plus courants sont les suivants :

Cette liste d’effets secondaires de la ribavirine n’est pas exhaustive.

Interactions médicamenteuses

Consultez toujours votre médecin ou pharmacien avant de prendre d’autres médicaments sur ordonnance ou en vente libre ou d’autres substances, y compris la méthadone ou tout autre traitement de substitution aux opiacés, les plantes médicinales, les suppléments et les drogues.

Les interactions médicamenteuses se produisent lorsqu’un médicament influence la façon dont un autre médicament est absorbé, utilisé ou évacué du corps. Certains médicaments peuvent interagir avec la ribavirine, de sorte que le taux de l’un ou l’autre des médicaments augmente ou diminue dans le corps. Un taux plus élevé peut causer de nouveaux effets secondaires ou aggraver les effets secondaires existants. En revanche, un taux diminué risque de compromettre l’efficacité du traitement en question.

Il est déconseillé d’utiliser la ribavirine avec le médicament suivant :

  • médicament anti-VIH didanosine  (Videx EC)

Lorsque la ribavirine est utilisée avec les médicaments suivants, des interactions médicamenteuses risquent de se produire :

  • médicaments anti-VIH :
    • AZT (zidovudine, Retrovir et aussi dans les pilules combinées Combivir et Trizivir)
    • lamivudine (3TC)
    • stavudine (d4T, Zerit)
  • azathioprine, un médicament utilisé pour affaiblir la réponse immunitaire ou prévenir l’échec des organes greffés

Le peg-interféron et la ribavirine sont tous deux susceptibles d’affaiblir temporairement la moelle osseuse. L’utilisation du médicament anti-VIH AZT peut aggraver ce problème.

La ribavirine peut affaiblir l’activité du médicament anticoagulant warfarine (Coumadin).

Cette liste d’interactions médicamenteuses possibles avec la ribavirine n’est pas exhaustive.

Parlez à votre infirmier, médecin ou pharmacien si vous prenez n’importe lequel des médicaments mentionnés. Une bonne stratégie pour gérer les interactions médicamenteuses consiste à aviser votre médecin et pharmacien de tout ce que vous prenez, y compris les médicaments sur ordonnance et en vente libre, les drogues, les plantes médicinales, les suppléments et toute autre substance. Si vous avez plus d’un médecin ou pharmacien, il est possible que certaines interactions médicamenteuses passent inaperçues. Si vous vous faites prescrire des médicaments par plus d’un médecin, avisez chacun d’entre eux de toutes les substances que vous prenez. Si possible, faites exécuter toutes vos ordonnances dans la même pharmacie.

Accessibilité

La ribavirine, fabriquée par Pendopharm ou AbbVie, a été approuvée au Canada et est disponible dans ce pays.

Votre infirmier, médecin ou pharmacien peut vous renseigner davantage sur l’accessibilité et la couverture de la ribavirine dans votre région.

Pour obtenir plus d’information sur le remboursement des frais de médicaments dans les provinces et territoires du Canada, consultez la section « La couverture de frais dans votre région » de la ressource en ligne de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

Références

  1. Pendopharm, Ribavirin (Ibavyr) Product Monograph, June 2014
  2. Lafeuillade A, Hittinger G, Chadapaud S. Increased mitochondrial toxicity with ribavirin in HIV/HCV coinfection. Lancet 2001;357:280–281.
  3. Kakuda TN, Brinkman K, Mitochondrial toxic effects and ribavirin. Lancet 2001;357;1802–1803.
  4. Salmon-Céron D, Chauvelot-Moachon L, Abad S, et al. Mitochondrial toxic effects and ribavirin. Lancet 2001;357;1803–1804.
  5. Guyader D, Poisignon Y, Cano Y, et. al. Fatal lactic acidosis in an HIV-positive patient treated with interferon and ribavirin for chronic hepatitis C. Journal of Hepatology 2002;37:289–292.
  6. Bini EJ , Mehandru S. Incidence of thyroid dysfunction during interferon alfa-2b and ribavirin therapy in men with chronic hepatitis C: a prospective cohort study. Archives of Internal Medicine 2004 Nov 22;164(21):2371–2376.
  7. Carella C, Maziotti G, Morisco F, et al. The addition of ribavirin to interferon-alpha therapy in patients with hepatitis C virus-related chronic hepatitis does not modify the thyroid autoantibody pattern but increases the risk of developing hypothyroidism. European Journal of Endocrinology 2002;146:743–749.
  8. Narayana K, D’Souza UJA, Rao KPS. Ribavirin-induced sperm shape abnormalities in Wistar rat. Mutation Research 2002;193–196.
  9. Schulman S. Inhibition of warfarin activity by ribavirin. Annals of Pharmacotherapy 2002;36(1):72–74.
  10. Naggie S, Sulkowski M, Lalezari J, et al. Sofosbuvir plus ribavirin for HCV genotype 1-3 infection in HIV coinfected patients (PHOTON-1). 21st Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, Boston, 2014. Abstract 26.
  11. Sulkowski M,  Naggie S, Lalezari J, et al. Sofosbuvir and ribavirin for hepatitis C in patients with HIV coinfection. JAMA 2014 312:353-361.
  12. Curry MP, Forns X, Chung RT. Sofosbuvir and ribavirin prevent recurrence of HCV infection after liver transplantation: An open-label study Gastroenterology Vol 148 (1) January 2015, Pages 100–107
  • 1. Ces médicaments se vendent en combinaison avec la ribavirine.

Auteur(s) : Anderson S

Traduction : Boutilier A

Publié : 2015