Le peg-interféron (Pegetron)

Sommaire

Pegetron est un médicament utilisé pour le traitement de l’hépatite C. Il s’agit d’une combinaison de deux médicaments anti-hépatite C, le peg-interféron et la ribavirine, qui se vendent dans une seule boîte sous le nom de Pegetron. Il est utilisé en combinaison avec d’autres médicaments pour guérir les personnes atteintes du virus de l’hépatite C. Le peg-interféron est administré par injection une fois par semaine, alors que la ribavirine se prend sous forme de pilules deux fois par jour. Ce feuillet d’information parle principalement du médicament peg-interféron qui figure dans la combinaison Pegetron. Les effets secondaires courants incluent la fièvre, les maux de tête, la fatigue, l’irritabilité et parfois la dépression. Il faut conserver ce médicament dans le réfrigérateur. Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette maladie, mais il est possible de se faire infecter de nouveau si l’on est exposé au virus à l’avenir.

Qu’est-ce que Pegetron?

Pegetron est un médicament utilisé pour le traitement de l’hépatite C. Il est utilisé seul ou en combinaison avec d’autres médicaments pour guérir les personnes porteuses du virus de l’hépatite C.

Le nom courant de Pegetron est peg-interféron. Pegetron est un genre spécifique de ce dernier qui s’appelle le peg-interféron alpha-2b. Il se vend en combinaison avec la ribavirine. Le présent feuillet d’information parle principalement du médicament peg-interféron qui figure dans la combinaison Pegetron.

Comment le peg-interféron agit-il?

L’hépatite C est une maladie du foie qui est causée par un virus. Un virus est un microbe minuscule qui fait des copies de lui-même pour survivre grâce à un processus appelé réplication. Il existe au moins six souches différentes du virus de l’hépatite C; un autre mot pour souche est génotype.

Peg-interféron est le nom d’une forme d’interféron alpha à longue durée d’action. L’interféron alpha est un messager chimique qui est fabriqué par l’organisme. Il protège les cellules contre l’infection par l’hépatite C et aide le système immunitaire à combattre le virus.

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette infection, mais il est possible d’être infecté de nouveau si l’on est exposé au virus. Le fait de guérir de l’hépatite C ne confère pas d’immunité et ne vous empêche pas de contracter le virus à l’avenir.

Comment les personnes atteintes d’hépatite C utilisent-elles le peg-interféron?

Le peg-interféron est administré par injection une fois par semaine. Il doit être utilisé en combinaison avec la ribavirine, qui se prend sous forme de pilules deux fois par jour. Il est également possible de prendre le peg-interféron avec des médicaments antiviraux à action directe (AAD). Les AAD sont un groupe de médicaments qui s’attaquent directement aux virus, dont celui de l’hépatite C, afin de les empêcher de faire des copies d’eux-mêmes. Au Canada, le peg-interféron est approuvé pour l’usage en combinaison avec les médicaments suivants :

Pour en savoir plus sur les médicaments utilisés avec le peg-interféron, consultez les feuillets d’information.

La combinaison que prend le patient est choisie en fonction de son génotype, de ses antécédents de traitement (le cas échéant), de l’ampleur des dommages subis par son foie et d’autres considérations. Il n’est pas nécessaire de prendre le peg-interféron avec de la nourriture.

Le peg-interféron est approuvé au Canada pour les personnes porteuses du génotype 1, 2, 3, 4, 5 ou 6 du virus de l’hépatite C.

Combien de temps le traitement dure-t-il?

Au fur et à mesure que l’accès aux nouveaux traitements anti-hépatite C s’améliore au Canada, il est moins probable que les personnes atteintes d’hépatite C chronique prennent le peg-interféron et la ribavirine sans l’ajout d’un AAD. Pour en savoir plus sur la durée des traitements associant les AAD au peg-interféron et à la ribavirine, consultez les feuillets d’information sur les AAD.

Lorsque le peg-interféron et la ribavirine sont prescrits en combinaison sans l’ajout d’un AAD, les patients les prennent pendant 24 ou 48 semaines.

Comment prend-on le peg-interféron?

Le peg-interféron est injecté sous la peau (injection sous-cutanée) une fois par semaine. On prend généralement ce médicament à l’heure du coucher.

Votre infirmier vous apprendra à injecter le peg-interféron sous votre peau. Les meilleurs endroits sur le corps pour injecter le médicament incluent les suivants :

  • partie supérieure de la jambe (la cuisse)
  • partie extérieure du haut du bras
  • abdomen (mais non dans le nombril ou à la taille)

Il est important de ne pas injecter le peg-interféron au même endroit chaque fois; vous devriez changer de site d’injection en suivant un circuit régulier. Si vous préférez, il est possible que certains centres de santé et cliniques vous permettent de vous faire injecter une fois par semaine par un infirmier. Parlez à l’infirmier ou au médecin qui vous soigne pour l’hépatite C pour déterminer si vous avez cette option.

La ribavirine est toujours utilisée en combinaison avec le peg-interféron. Elle se prend tous les jours sous forme de pilules. Votre médecin vous dira combien de pilules il faut prendre.

Observance thérapeutique

Tous les médicaments agissent le mieux lorsqu’on les prend en suivant les prescriptions à la lettre. Cela consiste à prendre la bonne dose de médicaments à l’heure indiquée et pour toute la durée du traitement. Les doses manquées ou l’arrêt de la médication peuvent compromettre l’efficacité du traitement et réduire les chances de guérir.

Que faire si vous avez oublié de prendre vos médicaments?

Si vous avez oublié de prendre une dose de peg-interféron et que vous vous en rendez compte dans les deux jours suivant le moment habituel de votre injection, prenez-la dès que possible. Si plus de deux jours sont passés depuis le moment de votre dose habituelle, demandez à votre médecin ce qu’il faut faire.

Si vous trouvez que vous êtes incapable de prendre vos médicaments en suivant les prescriptions à la lettre, parlez-en à votre médecin ou infirmier. Vous pouvez aussi consultez la section « Conseils pour bien suivre votre traitement » dans la ressource de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

Quelles sont les chances de guérir sous l’effet d’un traitement comportant le peg-interféron?

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette infection.

Lors des essais cliniques de phase avancée sur le peg-interféron et la ribavirine, les taux de guérison allaient de 45 % à 80 %, selon le génotype des participants. Lors des essais cliniques sur le peg-interféron et la ribavirine menés auprès de personnes co-infectées par l’hépatite C et le VIH, les taux de guérison étaient plus faibles que chez les personnes ayant seulement l’hépatite C (mono-infection).

Lors des essais cliniques où le peg-interféron et la ribavirine sont évalués en association avec des AAD, les taux de guérison sont plus élevés que chez les personnes recevant seulement le peg-interféron et la ribavirine. Pour en savoir plus sur les taux de guérison associés à ces combinaisons, consultez les feuillets d’information sur les médicaments.

Mentionnons que les taux de guérison sont parfois plus faibles dans la vraie vie, c’est-à-dire en dehors des essais cliniques.

Quand on parle de l’hépatite C, le terme guérison est synonyme de réponse virologique soutenue (RVS). Cela veut dire que le virus de l’hépatite C n’est plus décelable dans le sang 12 ou 24 semaines après la fin du traitement.

Mises en garde

Dans la section suivante, nous parlons de plusieurs affections qui pourraient se produire pendant que vous prenez le peg-interféron, mais pas nécessairement. Cette liste d’avertissements n’est pas exhaustive. Parlez à votre médecin, à votre infirmier et à votre pharmacien des effets secondaires et des autres problèmes que vous pourriez éprouver pendant que vous prenez le peg-interféron.

1. Santé mentale

Certaines personnes qui prennent le peg-interféron trouvent que ce médicament a un impact sur leur santé mentale. Certaines d’entre elles se plaignent par exemple d’irritabilité, de brouillard cérébral, d’anxiété ou d’hallucinations.

La dépression est un effet secondaire courant du peg-interféron. Les personnes qui ont déjà souffert de dépression peuvent parler à leur médecin de la possibilité de prendre des antidépresseurs avant de commencer un traitement incluant le peg-interféron. Avisez votre médecin si vous avez des antécédents de dépression ou d’anxiété et parlez-lui des options de traitement contre la dépression.

Une fois le traitement commencé, parlez à votre médecin si vous remarquez l’un des problèmes suivants :

  • vous vous énervez ou vous fâchez facilement
  • vous vous sentez triste sans savoir pourquoi
  • vous vous sentez sans espoir
  • vous pensez à vous faire du mal ou à en faire à d’autres personnes
  • vous avez des pensées suicidaires

2. Grossesse

Si vous êtes enceinte ou croyez l’être et que vous prenez le peg-interféron et la ribavirine, parlez à votre médecin. Les personnes suivantes ne devraient pas utiliser ces médicaments :

  • les personnes enceintes
  • les personnes qui pourraient tomber enceintes et leurs partenaires sexuels

On émet cette mise en garde parce que la combinaison de peg-interféron et de ribavirine pourrait nuire gravement au fœtus. Aucune grossesse ne devrait être envisagée pendant que vous ou votre partenaire suivez ce traitement. Si vous prévoyez avoir un bébé, vous devriez attendre six mois après la fin du traitement pour concevoir celui-ci. Notons aussi que la ribavirine peut être toxique pour les spermatozoïdes.

3. Allaitement

Les personnes qui prennent le peg-interféron et ont un bébé devraient éviter d’allaiter leur enfant.

4. Maladies du cœur, accident vasculaire cérébral (AVC) et problèmes de sang

Même si cela arrive rarement, certaines personnes qui ont utilisé le peg-interféron ont éprouvé des problèmes cardiaques, y compris l’hypertension, une fréquence cardiaque élevée et de la douleur à la poitrine.

Le peg-interféron peut également réduire le taux de globules blancs, augmentant ainsi le risque d’infections. De plus, ce médicament peut réduire le nombre de plaquettes dans le sang. Puisque les plaquettes sont nécessaires à la coagulation sanguine, un taux de plaquettes inférieur à la normale pourrait augmenter le risque de saignement. Parlez à votre médecin si vous avez un problème de coagulation sanguine ou si vous contractez régulièrement des infections.

Certaines personnes qui ont utilisé le peg-interféron ont éprouvé des hémorragies cérébrales ou une interruption du flux sanguin vers le cerveau (AVC). Les signes et symptômes d’un AVC incluent les suivants :

  • sensation soudaine d’engourdissement ou de faiblesse dans le visage, le bras ou la jambe, surtout d’un seul côté du corps
  • confusion ou difficulté à parler ou à comprendre les autres qui survient soudainement
  • difficulté soudaine à voir d’un œil ou des deux
  • difficulté à marcher, étourdissement ou perte d’équilibre ou de coordination qui survient soudainement
  • mal de tête soudain sans cause apparente

Si vous éprouvez l’un de ces symptômes, allez immédiatement au service des urgences le plus proche.

5. Problèmes de thyroïde

Certaines personnes qui utilisent le peg-interféron éprouvent des changements dans leurs taux d’hormones thyroïdiennes. La thyroïde est une glande qui fabrique des hormones qui régulent la vitesse de différentes activités dans le corps, telles que la vitesse à laquelle les calories sont brûlées et la rapidité des battements du cœur. Les hormones thyroïdiennes vous aident à maintenir une température corporelle normale, à avoir suffisamment d’énergie et à stabiliser votre humeur. Votre médecin fera peut-être le suivi de vos taux d’hormones thyroïdiennes pendant que vous êtes traité par peg-interféron.

6. Infections

Une fièvre temporaire est une réaction normale à la prise de peg-interféron. Toutefois, une forte fièvre ou une fièvre qui ne disparaît pas doit être évaluée pour écarter la possibilité d’une autre cause, notamment une infection. Si vous avez une fièvre élevée ou persistante pendant que vous prenez le peg-interféron, avisez votre infirmier et votre médecin.

7. Éruption cutanée

Une éruption cutanée peut se produire chez les personnes recevant le peg-interféron. Dans de rares cas, l’éruption peut être grave. Si vous avez une éruption cutanée grave accompagnée d’ampoules, de fièvre et de plaies dans la bouche, le nez ou les yeux (ou les yeux rouges), contactez votre médecin.

8. Inflammation du pancréas (pancréatite)

Certaines personnes traitées par peg-interféron peuvent éprouver une inflammation du pancréas. La pancréatite peut causer de la douleur abdominale, des nausées, des vomissements, des sueurs inattendues, de la fièvre et de l’anxiété. Si cela vous arrive, avisez votre médecin.

9. Problèmes pulmonaires

On a signalé des cas rares de problèmes pulmonaires chez les personnes recevant le peg-interféron, y compris une infection du poumon (pneumonie), une hypertension touchant les poumons et le cœur (hypertension pulmonaire) et une inflammation du tissu pulmonaire (pneumonite). Obtenez un secours médical immédiat si vous éprouvez l’un des problèmes suivants : douleur à la poitrine; essoufflement; vous toussez du sang; votre peau, vos ongles ou vos ongles d’orteils prennent une couleur bleuâtre ou foncée; étourdissement; évanouissement; enflure des jambes et des chevilles; fatigue ou fréquence cardiaque très élevée.

10. Maladies auto-immunes

Certains rapports font état de l’apparition de maladies auto-immunes chez des personnes recevant le peg-interféron. Les maladies auto-immunes se produisent lorsque le système immunitaire ne fait pas de distinction entre les cellules saines et les cellules infectieuses et qu’il commence à détruire les deux sortes de cellules. Les personnes aux prises avec une maladie auto-immune peuvent éprouver de la fatigue, de la fièvre, des douleurs osseuses et/ou articulaires et des éruptions cutanées. Parlez à votre médecin si vous éprouvez l’un de ces symptômes.

L’inflammation du côlon (colite) est une des maladies auto-immunes qui peut se produire chez les personnes recevant le peg-interféron. Les personnes aux prises avec la colite souffrent typiquement de douleurs abdominales, de diarrhées sanguinolentes et de fièvre. Si cela vous arrive, avisez immédiatement votre médecin. La colite disparaît habituellement entre une et trois semaines après la discontinuation du peg-interféron.

11. Diabète

Certaines personnes qui utilisent le peg-interféron sont sujettes au diabète. Le diabète se produit lorsque l’organisme ne se sert pas de l’insuline qu’il produit (l’insuline régule la quantité de sucre dans le sang). Cela peut donner lieu à un taux de sucre sanguin (glycémie) supérieur à la normale et à plusieurs symptômes, dont la soif, la perte de poids, les mictions fréquentes, la faim, les infections régulières, l’irritabilité, la vue brouillée et les plaies qui mettent beaucoup de temps à guérir. Si vous prenez le peg-interféron et éprouvez l’un de ces symptômes, avisez votre médecin.

12. Changements dans la vision

Certaines personnes qui utilisent le peg-interféron peuvent avoir la vue brouillée ou d’autres problèmes de vision. Si cela vous arrive, parlez-en tout de suite à votre médecin.

13. Problèmes d’ouïe

Certaines personnes qui utilisent le peg-interféron sont sujettes à une perte d’acuité auditive. Si cela vous arrive, avisez sans tarder votre médecin.

14. Populations spécifiques

Le peg-interféron n’a pas été testé chez les populations suivantes :

  • personnes de plus de 65 ans
  • personnes de moins de 18 ans
  • receveurs de greffes d’organes
  • personnes atteintes d’hépatite B

Les personnes appartenant aux groupes suivants ne devraient pas prendre le peg-interféron :

  • personnes atteintes d’épilepsie
  • personnes hypersensibles aux interférons alpha, aux produits dérivés d’E. coli ou au polyéthylène glycol
  • personnes atteintes d’hépatite auto-immune (HA) ou ayant des antécédents d’HA
  • personnes atteintes de lésions hépatiques graves (cirrhose décompensée)
  • personnes atteintes de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)
  • personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale ou ayant des antécédents
  • personnes souffrant d’un diabète non contrôlé par la médication
  • personnes qui allaitent
  • personnes atteintes de graves problèmes rénaux
  • personnes aux prises avec une insuffisance hépatique avancée non contrôlée par la médication et causée par une maladie autre que l’hépatite C

Effets secondaires

Les effets secondaires courants du peg-interféron incluent les suivants :

  • fatigue
  • symptômes pseudo-grippaux
  • maux de tête
  • dépression
  • anxiété
  • irritabilité
  • réduction des capacités de concentration
  • difficulté à s’endormir et à rester endormi
  • difficulté à penser clairement
  • toux
  • peau sèche, démangeaisons ou éruptions cutanées
  • faible taux de plaquettes sanguines (thrombocytopénie)
  • faible taux de globules rouges et de fer dans le sang (anémie)
  • faible taux de globules blancs (neutropénie)
  • nausées
  • réduction de l’appétit
  • chute de cheveux légère et temporaire

Cette liste d’effets secondaires du peg-interféron n’est pas exhaustive.

Interactions médicamenteuses

Consultez toujours votre médecin ou pharmacien avant de prendre d’autres médicaments sur ordonnance ou en vente libre ou d’autres substances, y compris la méthadone ou tout autre traitement de substitution aux opiacés, les plantes médicinales, les suppléments et les drogues.

Les interactions médicamenteuses se produisent lorsqu’un médicament influence

la façon dont un autre médicament est absorbé, utilisé ou évacué du corps. Certains médicaments peuvent interagir avec le peg-interféron, de sorte que le taux de l’un ou l’autre des médicaments augmente ou diminue dans le corps. Un taux plus élevé peut causer de nouveaux effets secondaires ou aggraver les effets secondaires existants. En revanche, un taux diminué risque de compromettre l’efficacité du traitement en question.

Lorsque le peg-interféron et la ribavirine sont utilisés avec les médicaments suivants, il y a risque d’interactions médicamenteuses importantes :

  • les médicaments anti-VIH d4T (stavudine, Zerit), ddl (didanosine, Videx EC), AZT (zidovudine, Retrovir), 3TC (lamivudine), abacavir (Ziagen), Triumeq (dolutégravir + abacavir + 3TC), Combivir (AZT + 3TC) et Trizivir (abacavir + AZT + 3TC)
  • telbivudine (Sebivo), un médicament contre l’hépatite B
  • le médicament à base de plante médicinale chinoise sho-saiko/Xiao-Chai-Hu

Le peg-interféron peut affaiblir temporairement la moelle osseuse. L’utilisation du médicament anti-VIH AZT (zidovudine, Retrovir et dans les pilules combinées Combivir et Trizivir) peut aggraver ce problème.

Lorsque le peg-interféron est combiné à n’importe quel médicament anti-VIH, également appelé thérapie antirétrovirale (TAR), il y a un risque d’acidose lactique. On donne ce nom à une affection caractérisée par l’accumulation d’une grande quantité d’acide lactique dans le sang. Les symptômes de l’acidose lactique sont la fatigue, les nausées, les vomissements, les douleurs abdominales et l’essoufflement. Si vous éprouvez l’un de ces symptômes, parlez immédiatement à votre médecin.

Cette liste d’interactions médicamenteuses possibles avec le peg-interféron et la ribavirine n’est pas exhaustive.

Parlez à votre infirmier, médecin ou pharmacien si vous prenez n’importe lequel des médicaments mentionnés.

Une bonne stratégie pour gérer les interactions médicamenteuses consiste à aviser votre médecin et pharmacien de tout ce que vous prenez, y compris les médicaments sur ordonnance et en vente libre, les drogues, les plantes médicinales, les suppléments et toute autre substance. Si vous avez plus d’un médecin ou pharmacien, il est possible que certaines interactions médicamenteuses passent inaperçues. Si vous vous faites prescrire des médicaments par plus d’un médecin, avisez chacun d’entre eux de toutes les substances que vous prenez. Si possible, faites exécuter toutes vos ordonnances dans la même pharmacie.

Posologie

La dose normale de peg-interféron est de 1,5 microgramme (mcg) par kilogramme de poids corporel, une fois par semaine. Votre médecin vous dira la dose qu’il vous faut. Le médicament est injecté sous la peau à l’heure du coucher. Il faut conserver le peg-interféron dans son réfrigérateur.

La dose de ribavirine utilisée avec le peg-interféron est adaptée au poids du patient. Elle varie habituellement entre 800 et 1 200 mg par jour. On prend la ribavirine par voie orale deux fois par jour avec un repas.

Accessibilité

Pegetron, qui inclut le peg-interféron et la ribavirine, a été approuvé par Santé Canada et est disponible dans ce pays. Pegetron est fabriqué par Merck Canada Inc.

Votre infirmier, médecin ou pharmacien peut vous renseigner davantage sur l’accessibilité et la couverture de Pegetron dans votre région.

Pour obtenir plus d’information sur le remboursement des frais de médicaments

dans les provinces et territoires du Canada, consultez la section « La couverture de frais dans votre région » de la ressource en ligne de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

Références

  1. Merck Canada Inc. Pegetron (ribavirin plus peginterferon alfa-2b). Product monograph. 2015.
  2. Levy DE, Whence interferon? Variety in the production of interferon in response to viral infection. Journal of Experimental Medicine. 2002;195(4):F15–F18.
  3. Patten SB. Psychiatric side effects of interferon treatment. Current Drug Safety. 2006 May;1(2):143–50.
  4. Lau JYN, Tam RC, Liang TJ, et al. Mechanism of action of ribavirin in the combination treatment of chronic HCV infection. Hepatology. 2002;35(5):1002–1009.
  5. Lafeuillade A, Hittinger G, Chadapaud S, et al. Increased mitochondrial toxicity with ribavirin in HIV/HCV coinfection. Lancet. 2001;357:280–281.
  6. Kakuda TN, Brinkman K. Mitochondrial toxic effects and ribavirin. Lancet. 2001;357;1802–1803.
  7. Salmon-Céron D, Chauvelot-Moachon L, et al. Mitochondrial toxic effects and ribavirin. Lancet. 2001;357;1803–1804.
  8. Guyader D, Poisignon Y, Cano Y, Saout L. Fatal lactic acidosis in an HIV-positive patient treated with interferon and ribavirin for chronic hepatitis C. Journal of Hepatology. 2002;37:289–292.
  9. Bini EJ, Mehandru S. Incidence of thyroid dysfunction during interferon alfa-2b and ribavirin therapy in men with chronic hepatitis C: a prospective cohort study. Archives of Internal Medicine. 2004 Nov 22;164(21):2371–2376.
  10. Carella C, Maziotti G, Morisco F, et al. The addition of ribavirin to interferon-alpha therapy in patients with hepatitis C virus-related chronic hepatitis does not modify the thyroid autoantibody pattern, but increases the risk of developing hypothyroidism. European Journal of Endocrinology. 2002;146:743–749.
  11. Narayana K, D’Souza UJA, Rao KPS. Ribavirin-induced sperm shape abnormalities in Wistar rat. Mutation Research. 2002;193–196.
  12. Schulman S. Inhibition of warfarin activity by ribavirin. Annals of Pharmacotherapy. 2002;36(1):72–74.
  13. Gara N, Ghany MG. What the infectious disease physician needs to know about pegylated interferon and ribavirin. Viral Hepatitis. 2013; 56(11): 1629-36.
  14. Operskalski EA, Kovacs A. HIV/HCV Co-infection: Pathogenesis, clinical complications, treatment, and new therapeutic technologies. Current HIV/AIDS Report. 2011; Mar; 8(1): 12–22.

Auteur(s) : Anderson S, Hosein SR

Traduction : Boutilier A

Publié : 2015