Holkira Pak (dasabuvir + ombitasvir/paritaprévir/ritonavir)

Sommaire

Holkira Pak est un médicament utilisé pour le traitement de l’hépatite C. Holkira Pak est une combinaison des médicaments dasabuvir, ombitasvir et paritaprévir;  ce dernier est potentialisé par le ritonavir. L’ombitasvir, le paritaprévir et le ritonavir sont offerts en co-formulation, c’est-à-dire un seul comprimé qui se prend une fois par jour. Le dasabuvir est un comprimé distinct que l’on prend deux fois par jour. Holkira Pak est parfois prescrit avec de la ribavirine. Holkira Pak semble causer peu d’effets secondaires. Les plus courants sont généralement légers et incluent la fatigue, les maux de tête, la faiblesse et la nausée. Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette maladie, mais il est possible de se faire infecter de nouveau.

Qu’est-ce que Holkira Pak?

Holkira Pak est un médicament utilisé pour le traitement de l’hépatite C.

Comment Holkira Pak agit-il?

L’hépatite C est une maladie du foie qui est causée par un virus. Un virus est un microbe minuscule qui fait des copies de lui-même grâce à un processus appelé réplication. Il existe au moins six souches différentes du virus de l’hépatite C; un autre mot pour souche est génotype.

Holkira Pak est un médicament antiviral à action directe (AAD). Les AAD sont un groupe de médicaments qui s’attaquent directement aux virus, dont celui de l’hépatite C, afin de les empêcher de faire des copies d’eux-mêmes.

Holkira Pak est une combinaison de trois AAD :

  • paritaprévir : un inhibiteur de la protéase potentialisé par le ritonavir
  • ombitasvir : un inhibiteur de la NS5A
  • dasabuvir : un inhibiteur de la NS5B

Le paritaprévir agit en inhibant la production de pièces nécessaires à la fabrication de nouvelles particules virales. L’ombitasvir agit contre une protéine nécessaire à la fabrication de nouvelles copies du virus de l’hépatite C. Le dasabuvir s’insère dans le virus de l’hépatite C afin que d’autres morceaux du virus ne puissent s’y attacher. Ces médicaments agissent ensemble afin de mettre fin à la production de nouveaux virus.

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette maladie, mais il est possible de se faire infecter de nouveau.

Comment les personnes utilisent-elles Holkira Pak?

Holkira Pak est une combinaison de deux comprimés différents.

Le premier comprimé est une co-formulation qui contient à la fois de l’ombitasvir et du paritaprévir potentialisé par le ritonavir. Le deuxième comprimé contient du dasabuvir.

Le tableau suivant indique le moment de la journée où il faut prendre les médicaments et le nombre de comprimés nécessaire :

Nom du comprimé

Moment de la prise

Combien

ombitasvir/paritaprévir/ritonavir

Matin

2 comprimés

dasabuvir

Matin

1 comprimé

Soir

1 comprimé

Holkira Pak devrait être pris avec de la nourriture, mais le choix d’aliment n’a pas d’importance.

Holkira Pak est parfois prescrit avec la ribavirine. Les groupes de personnes suivants prennent Holkira Pak avec la ribavirine :

  • personnes ayant le génotype 1a du virus
  • personnes ayant le génotype 1b du virus et atteintes de cirrhose

Votre médecin vous dira si vous avez besoin de prendre la ribavirine, et vous indiquera le nombre de comprimés nécessaire et le moment où il faudrait les prendre.

Holkira Pak est approuvé au Canada pour le traitement du génotype 1 du virus de l’hépatite C chez les personnes de 18 ans ou plus.

Combien de temps le traitement dure-t-il?

La majorité des personnes prennent Holkira Pak (avec ou sans ribavirine) pendant 12 semaines.

On recommande un traitement de 24 semaines aux personnes porteuses du génotype 1a du virus qui ont la cirrhose et qui ont déjà reçu le peg-interféron et la ribavirine sans avoir répondu au traitement (on appelle de telles personnes des non-répondeurs antérieurs).

Observance thérapeutique

Tous les médicaments agissent le mieux lorsqu’on les prend en suivant les prescriptions à la lettre. Cela consiste à prendre la bonne dose des médicaments à l’heure indiquée et pour toute la durée du traitement. Les doses manquées ou l’arrêt de la médication peuvent compromettre l’efficacité du traitement et réduire les chances de guérir.

Le virus de l’hépatite C peut acquérir une résistance à certains médicaments si les prescriptions et autres consignes ne sont pas respectées. Si cela arrive, les médicaments en question perdront leur efficacité contre le virus et ne pourront être utilisés pour traiter cette infection. (Voir la section sur la résistance pour en savoir plus sur le cas de Holkira Pak.)

Que faire si vous avez oublié de prendre vos médicaments?

Si vous avez oublié de prendre une dose d’ombitasvir + paritaprévir/ritonavir et que moins de 12 heures se sont écoulées depuis l’heure où vous étiez censé la prendre, prenez-la dès que possible. Si plus de 12 heures se sont écoulées depuis l’heure normale de votre prise, attendez et prenez votre pilule à l’heure habituelle. Ne doublez jamais votre dose.

Si vous avez oublié de prendre une dose de dasabuvir et que moins de six heures se sont écoulées depuis l’heure où vous étiez censé la prendre, prenez-la dès que possible. Si plus de six heures se sont écoulées depuis l’heure normale de votre prise, attendez et prenez votre pilule à l’heure habituelle. Ne doublez jamais votre dose.

Si vous trouvez que vous êtes incapable de prendre vos médicaments en suivant les prescriptions à la lettre, parlez-en à votre médecin ou infirmier. Vous pouvez aussi consultez la section « Conseils pour bien suivre votre traitement » dans la ressource de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

Quelles sont les chances de guérir sous l’effet d’un traitement comportant Holkira Pak?

Le traitement de l’hépatite C peut guérir les personnes atteintes de cette infection.

Lors des essais cliniques de phase avancée sur Holkira Pak avec ou sans ribavirine, les taux de guérison approximatifs étaient les suivants :

Personnes porteuses du génotype

 Le traitment

Taux de guérison

génotype 1a

Holkira Pak + ribavirine

93 % à 97 %

génotype 1b

Holkira Pak 99 % à 100 %

Mentionnons que les taux de guérison sont parfois plus faibles dans la vraie vie, c’est-à-dire en dehors des essais cliniques.

Dans le cas de l’hépatite C, le terme guérison est synonyme de réponse virologique soutenue (RVS). Cela veut dire que le virus de l’hépatite C n’est plus décelable dans le sang 12 ou 24 semaines après la fin du traitement.

Mises en garde

Traitement d’association

Dans certains cas, Holkira Pak doit être utilisé en combinaison avec la ribavirine, alors tous les avertissements se rapportant à la ribavirine s’appliquent aussi aux personnes envisageant Holkira Pak.

Grossesse

Certains médicaments utilisés pour le traitement de l’hépatite C peuvent nuire au fœtus, alors il est important que vous parliez à votre médecin si vous êtes enceinte ou envisagez une grossesse.

Les personnes suivant un traitement de l’hépatite C qui sont susceptibles de tomber enceintes ou qui ont des partenaires sexuels susceptibles de tomber enceintes devraient utiliser deux méthodes de contraception fiables.

Allaitement

Les personnes qui prennent Holkira Pak et ont un bébé ne devraient pas allaiter leur enfant.

Hépatite B

La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis recommande que toutes les personnes qui s’apprêtent à suivre un traitement anti-hépatite C fondé sur des AAD soient testées pour l’hépatite B avant de commencer le traitement.

La FDA a fait cette recommandation pour la raison suivante : si les personnes atteintes à la fois de l’hépatite C et de l’hépatite B ne reçoivent pas de traitement contre l’hépatite B, les AAD sont susceptibles de réactiver l’hépatite B pendant ou après le traitement. Pour en savoir plus sur le dépistage de l’hépatite B, parlez-en à votre médecin ou infirmier.

Populations particulières

Personnes qui ne devraient pas être traitées avec Holkira Pak

  • personnes ayant des génotypes de l’hépatite C autres que le génotype 1
  • personnes de moins de 18 ans
  • personnes présentant de graves lésions hépatiques (classe B ou C de Child-Pugh*)

Groupes de personnes au sujet desquelles les données sont limitées ou inexistantes quant à l’efficacité de Holkira Pak

  • personnes qui ont déjà reçu des AAD sans avoir guéri
  • personnes co-infectées par le virus de l’hépatite B
  • personnes sous dialyse rénale
  • personnes ayant subi une greffe de foie
    • Lors d'un essai de phase avancé où des receveurs d'une greffe de foie ont reçu Holkira Pak et la ribavirine, le taux de guérison a été de 97 %. Les participants ont reçu le traitement pendant 24 semaines.
  • personnes co-infectées par le VIH
    • Lors d’un essai clinique de phase avancée sur Holkira Pak et la ribavirine chez des personnes co-infectées par l’hépatite C et le VIH, les taux de guérison allaient de 91 % à 94 %. Les participants ont reçu un traitement de 12 ou 24 semaines.

Si vous appartenez à l’un des groupes mentionnés ci-dessus, les risques et les bienfaits de Holkira Pak doivent être rigoureusement évalués, alors parlez à votre médecin des options de traitement les plus appropriés. Il est possible que votre médecin ou spécialiste ait déjà traité des personnes appartenant à ces groupes particuliers.

Comme Holkira Pak est un nouveau médicament, on ignore certaines choses par rapport à ses effets sur les personnes traitées. Veillez à ce que votre médecin soit au courant de tous vos problèmes médicaux lorsque vous discutez de Holkira Pak comme option de traitement.

Effets secondaires

Les effets secondaires les plus courants du Holkira Pak sont les suivants :

La majorité de ces effets secondaires sont modérés et temporaires.

Interactions médicamenteuses

Consultez toujours votre médecin ou pharmacien avant de prendre d’autres médicaments sur ordonnance ou en vente libre ou bien des substances, y compris la méthadone ou tout autre traitement de substitution aux opiacés, les plantes médicinales, les suppléments et les drogues.

Les interactions médicamenteuses se produisent lorsqu’un médicament influence la façon dont un autre médicament est absorbé, utilisé ou évacué du corps. Certains médicaments peuvent interagir avec le Holkira Pak, de sorte que le taux de l’un ou l’autre des médicaments augmente ou diminue dans le corps. Un taux plus élevé peut causer de nouveaux effets secondaires ou aggraver les effets secondaires existants. En revanche, un taux diminué risque de compromettre l’efficacité du traitement en question.

Les médicaments suivants ne devraient pas être pris avec Holkira Pak. Cette liste n’est pas exhaustive :

  • pilules anticonceptionnelles ou anneaux vaginaux contenant de l’éthinyl estradiol, un contraceptif couramment utilisé
  • médicaments pour traiter les symptômes de l’hypertrophie de la prostate, tels que l’alfuzosine (Xatral)
  • médicaments anticonvulsivants, tels que la carbamazépine (Tegretol)
  • médicaments anti-VIH, tels que l’étravirine (Intelence), la rilpivirine (Edurant, Complera), ceux contenant de l’éfavirenz (Sustiva, Atripla) et ceux contenant du ritonavir (Norvir), tels que le lopinavir/ritonavir (Kaletra)
  • médicaments contre la migraine contenant de l’ergotamine, tels que la dihydroergotamine (Migranal)
  • médicaments pour réduire le cholestérol, tels que la lovastatine
  • médicaments pour traiter les problèmes de sommeil, tels que le modafinil (Alertec) et le triazolam
  • médicaments pour prévenir les crises épileptiques, tels que la phénytoïne (Dilantin) et le phénobarbital
  • médicaments pour contrôler les tics verbaux ou moteurs, tels que le pimozide (Orap)
  • médicaments contre la tuberculose, tels que la rifampine (Rofact)
  • médicaments pour traiter l’asthme, tels que le salmétérol (Serevent Diskus)
  • médicaments contre l’hypertension pulmonaire, tels que le sildénafil (Revatio) et le bosentan (Tracleer)
  • médicaments pour réduire les taux de cholestérol ou le risque d’AVC ou de crise cardiaque, tels que la simvastatine
  • toute plante médicinale, surtout celles utilisées pour traiter la dépression, telles que le millepertuis (Hypericum perforatum) ou ses ingrédients actifs l’hyperforine et l’hypéricine

Lorsque Holkira Pak est utilisé avec les médicaments suivants, il y a risque d’interactions médicamenteuses importantes. Cette liste n’est pas exhaustive :

  • médicaments contre l’asthme, tels que la fluticasone (Advair, Flonase, Flovent Diskus, Flovent HFA)
  • médicaments anti-VIH, tels que l’atazanavir (Reyataz) et le darunavir (Prezista, Prezcobix)
  • médicaments pour traiter l’indigestion, les aigreurs ou les ulcères, tels que l’oméprazole (Losec)
  • médicaments pour traiter les infections fongiques, tels que le kétoconazole
  • médicaments contre la douleur, tels que l’alfentanil et le fentanyl (Abstral, Duragesic)
  • médicaments pour traiter l’anxiété, tels que l’alprazolam (Xanax)
  • médicaments pour traiter les battements de cœur irréguliers, tels que l’amiodarone, la digoxine (Toloxin), la propafénone et la quinidine
  • médicaments pour traiter les maladies du cœur, tels que la fluvastatine (Lescol)
  • médicaments pour réduire l’enflure et la rétention de liquide, tels que le furosémide
  • inhibiteurs calciques, tels que l’amlodipine (Norvasc)
  • médicaments pour réduire le cholestérol, tels que la rosuvastatine (Crestor), l’atorvastatine (Lipitor) et la pravastatine (Pravachol)
  • médicaments pour supprimer la réponse immunitaire ou prévenir l’échec des greffes d’organes, tels que la cyclosporine (Neoral, Sandimmune), le tacrolimus (Prograf) et le sirolimus (Rapamune)
  • médicaments pour prévenir les caillots sanguins, tels que la warfarine (Coumadin)

Parlez à votre infirmier, médecin ou pharmacien si vous prenez n’importe lequel des médicaments mentionnés. Une bonne stratégie pour gérer les interactions médicamenteuses consiste à aviser votre médecin et pharmacien de tout ce que vous prenez, y compris les médicaments sur ordonnance et en vente libre, les drogues, les plantes médicinales, les suppléments et toute autre substance. Si vous avez plus d’un médecin ou pharmacien, il est possible que certaines interactions médicamenteuses passent inaperçues. Si vous vous faites prescrire des médicaments par plus d’un médecin, avisez chacun d’entre eux de toutes les substances que vous prenez. Si possible, faites exécuter toutes vos ordonnances dans la même pharmacie.

Résistance

La résistance médicamenteuse se développe lorsque le virus subit des mutations, ou changements, pendant le processus de réplication. Certaines mutations permettent au virus de résister aux médicaments contre l’hépatite C. Lorsque cela arrive, les médicaments en question deviennent moins efficaces ou cessent d’agir. La résistance peut se produire si le patient ne prend pas ses médicaments en suivant à la lettre les prescriptions et les instructions.

Dans les essais cliniques, il était rare que le virus de l’hépatite C acquière une résistance au Holkira Pak. Il reste toutefois important que les patients prennent le Holkira Pak en suivant les prescriptions à la lettre. Si vous sautez ou oubliez de prendre des doses, le taux de Holkira Pak risque de chuter jusqu’à un faible niveau dans votre corps. Cela peut permettre au virus de l’hépatite C de muter et d’acquérir la capacité de résister à l’effet du traitement.

Accessibilité

Holkira Pak, qui est fabriqué par la compagnie AbbVie, a été approuvé par Santé Canada et est disponible dans ce pays.

Votre infirmier, médecin ou pharmacien pourra vous renseigner davantage sur la disponibilité et la couverture de Holkira Pak dans votre région.

Pour obtenir de l’information sur la couverture provinciale et territoriale des médicaments, consultez la section La couverture de frais dans votre région de la ressource en ligne de CATIE intitulée Hépatite C : Un guide détaillé.

* Les classes ou scores de Child-Pugh A, B et C sont des mesures de l’ampleur de la cirrhose. Les scores de Child-Pugh B et C désignent les cas plus graves de la cirrhose.

Remerciements

Nous remercions Lisa Barrett, M.D., Ph.D., pour son examen à titre d’experte.

Références

  1. AbbVie Corporation. Holkira Pak. Product monograph. 2014.
  2. DL Wyles, MS Sulkowski, JJ Eron, et al. TURQUOISE-I: 94% SVR12 in HCV/HIV-1 Coinfected Patients Treated with ABT-450/r/Ombitasvir, Dasabuvir and Ribavirin. The Liver Meeting. Boston, MA. 7-12 November 2014. Abstract 1939.
  3. Poordad F, Hezode C, Trinh R, et al. ABT-450/r-ombitasvir and dasabuvir with ribavirin for hepatitis C with cirrhosis. New England Journal of Medicine. 2014 Apr; 370:1973-1982.
  4. Ferenci P, Bernstein D, Lalezari J, et al.  ABT-450/r-ombitasvir and dasabuvir with or without ribavirin for HCV. New England Journal of Medicine. 2014 May; 370:1973-1982.
  5. Feld JJ, Kowdley K, Coakley E. et al. Treatment of HCV with ABT-450/r-ombitasvir and dasabuvir with ribavirin. New England Journal of Medicine. 2014 Apr; 370:1594-1603.
  6. Zeusem S, Jacobson IM, Baykal T. et al. Retreatment of HCV with ABT-450/r-ombitasvir and dasabuvir with ribavirin. New England Journal of Medicine. 2014 Apr; 370:1604-1614.
  7. Kwo, PY, Mantry PS Coakley E, et. al. An interferon-free antiviral regimen for HCV after liver transplantation New England Journal of Medicine 2014; 371:2375-2382.

     

Auteur(s) : Anderson S

Traduction : Boutilier A

Publié : 2015