Dépistage systématique du VIH dans les soins aigus | CATIE - La source canadienne de renseignements sur le VIH et l'hépatite C

Connectons nos programmes

Dépistage systématique du VIH dans les soins aigus 

Vancouver STOP Project
Vancouver, Colombie-Britannique
2013

Introduction

« Nous avons l’impression d’avoir déplacé des montagnes »

Lorsqu’on entre dans l'un des hôpitaux de Vancouver, il est difficile de ne pas voir les affiches et les bannières qui proclament que le dépistage du VIH est « différent maintenant ». Et à Vancouver, c’est effectivement le cas. Depuis octobre 2011, toutes les personnes admises dans l'un des quatre hôpitaux de Vancouver — l’hôpital St. Paul, l’hôpital Mount Saint Joseph, l’Hôpital général de Vancouver et le centre hospitalier de l’Université de la Colombie-Britannique — devraient se voir offrir un test de dépistage du VIH dans le cadre de leurs soins courants. Il s’agit là d’un changement de paradigme radical dans le dépistage du VIH dans la métropole. « Nous avons l’impression d’avoir déplacé une montagne », affirme Réka Gustafson, l’un des médecins-conseils en santé publique de Vancouver et directrice de la division du contrôle des maladies de Vancouver Coastal Health.

L’objectif de cette initiative – et d’autres programmes de dépistage élaborés par les responsables du projet « Seek and Treat for Optimal Prevention of HIV/AIDS (STOP) » de Vancouver et leurs partenaires entre 2010 et 2013 – est d’augmenter les occasions de dépistage pour toute la population de Vancouver et ainsi d'accroître le taux de diagnostic précoce. Le diagnostic précoce est la première étape de la cascade du traitement et permet aux personnes vivant avec le VIH de recevoir les traitements, les soins et le soutien efficaces mis à leur disposition. Le diagnostic précoce est une meilleure option parce qu’il permet à une personne qui est prête à s’impliquer activement dans ses soins d’optimiser les avantages du traitement, des soins et du soutien offerts.

L’intégration graduelle de l’offre systématique du test de dépistage du VIH dans les hôpitaux a été une réussite. Non seulement cette offre est-elle bien accueillie (le taux d’acceptation dans l’ensemble des hôpitaux est de 94 p. cent), mais en mai 2012, l’initiative permettait de diagnostiquer entre trois et huit nouveaux cas de séropositivité par 1000 tests effectués, ce qui est en fait une initiative très rentable.

Malgré ce succès, la mise en œuvre du projet ne s’est pas faite sans heurt. En l’absence de recommandations provinciales ou nationales en matière de dépistage du VIH, les responsables du projet STOP de Vancouver ont dû élaborer de solides arguments cliniques et de santé publique pour justifier l’offre systématique de tests de dépistage du VIH.  Il a aussi fallu s’attaquer aux obstacles touchant les patients, notamment en simplifiant les lignes directrices à suivre avant le test; toutefois, la nécessité d’obtenir un consentement verbal éclairé pour chaque test a été maintenue, comme il se doit.

Il a également fallu aplanir les obstacles touchant les fournisseurs. La principale préoccupation des fournisseurs de soins dans les hôpitaux concernait le temps à investir et les compétences requises pour offrir des services de suivi et d’arrimage à des soins aux personnes qui reçoivent un diagnostic de séropositivité. Les médecins en milieu hospitalier peuvent continuer à offrir ces services s’ils le souhaitent, mais s’ils n’ont pas les compétences nécessaires, un processus de suivi a été mis en place leur permettant de déléguer ces responsabilités aux infirmières de la division du contrôle des maladies transmissibles de Vancouver Coastal Health.

L’initiative et les changements stratégiques requis pour intégrer l’offre systématique du test de dépistage du VIH à tous les patients admis dans les hôpitaux de Vancouver ont contribué à rendre ce test semblable à tous les autres tests effectués des centaines de fois par jour dans les hôpitaux de la ville.  « Nous avons rehaussé les connaissances des patients, des fournisseurs et du grand public sur le dépistage du VIH, l’infection au VIH et les avantages du traitement », nous dit Afshan Nathoo, chef clinique de l’initiative.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Nous souhaitons connaître votre opinion.