Connectons nos programmes

Sondage en ligne ontarienne des services de proximité 

CATIE

2016

Une étude ontarienne démontre que des services de proximité en ligne sont bénéfiques aux hommes gais, bisexuels, bispirituels et autres HARSAH

Entre décembre 2013 et janvier 2014, des hommes utilisant Internet pour chercher des relations sexuelles avec d’autres hommes ont été recrutés via des sites Web de réseautage sexuel, des applications mobiles et des organismes en VIH, en Ontario, pour un sondage anonyme en ligne. Le sondage visait à savoir si les hommes gais, bisexuels, bispirituels et hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) utilisent des services de proximité en ligne et à connaître les expériences des utilisateurs. L’étude ontarienne1 a révélé qu’une minorité d’hommes avaient utilisé une intervention de proximité en ligne (8 %), mais que la plupart de ceux-ci avaient perçu un changement positif dans leurs comportements de prévention et de dépistage du VIH et d’autres infections transmissibles sexuellement (ITS) à l’issue de leur contact avec ces services.

Les services de proximité en ligne ont un impact positif sur le changement comportemental et la prise de décision

Les participants à l’étude ont rattaché des changements comportementaux à leur plus récent contact avec des services de proximité en ligne :

  • 34 % ont déclaré s’être fait dépister pour le VIH
  • 29 % ont déclaré s’être fait dépister pour des ITS
  • 33 % ont déclaré utiliser le condom plus fréquemment
  • 24 % ont déclaré utiliser le condom plus efficacement

Les répondants ont affirmé que leur dernier contact avec des services de proximité en ligne avait influencé leurs décisions sexuelles :

  • 25 % ont déclaré avoir des relations sexuelles uniquement avec des partenaires dont ils connaissent le statut VIH
  • 18 % ont déclaré avoir des relations sexuelles uniquement avec des partenaires de même statut VIH qu’eux
  • 5 % ont déclaré avoir des relations sexuelles uniquement avec des partenaires séropositifs au VIH dont ils connaissent la charge virale

Les services de proximité en ligne joignent des populations généralement mal desservies

Point crucial, l’étude a démontré que les services de proximité en ligne joignent des populations d’hommes queer comme des hommes séropositifs au VIH, des hommes autochtones et bispirituels, des hommes de régions rurales ainsi que de milieu socioéconomique défavorisé, qui sont souvent mal desservis par les services communautaires et de santé. Par exemple, les hommes bispirituels étaient trois fois plus susceptibles d’avoir été en contact avec des services de proximité en ligne que les hommes non bispirituels.

Les utilisateurs apprécient l’expérience des services de proximité en ligne

Les participants à l’étude ont fait état d’expériences positives dans leur recours aux services de proximité en ligne :

  • 87 % ont déclaré que l’intervenant des services de proximité avait utilisé un langage qu’ils comprenaient
  • 84 % ont déclaré qu’ils utiliseraient de nouveau les services
  • 82 % ont déclaré que l’intervenant leur avait été utile
  • 80 % ont déclaré avoir été à l’aise dans l’interaction
  • 69 % ont déclaré que l’intervenant était bien informé
  • 50 % ont déclaré avoir reçu une orientation utile

Quelles sont les implications pour les organismes canadiens?

Nous savons que les hommes gais, bisexuels, bispirituels et autres HARSAH sont affectés de façon disproportionnée par le VIH, au Canada. Ces hommes ont 131 fois plus de chances de contracter le VIH que les hommes n’ayant pas de relations sexuelles avec d’autres hommes.2 Nous savons également que les HARSAH utilisent de plus en plus les technologies de communication modernes comme les téléphones cellulaires et l’Internet pour rencontrer des hommes et chercher des rencontres sexuelles ou de l’information sur la santé sexuelle.3 Cela offre une occasion nouvelle d’interagir efficacement avec les hommes gais, bisexuels, bispirituels et autres HARSAH par le biais de services de proximité en ligne.

L’étude ontarienne a révélé que les HARSAH trouvent les services de proximité en ligne bénéfiques; et, fait important, les données démontrent que ces services joignent des hommes qui peuvent être mal desservis par d’autres approches, notamment les hommes vivant avec le VIH et les hommes autochtones. Toutefois, environ un tiers (32 %) des participants ont déclaré n’avoir jamais utilisé de tels services parce qu’ils n’en connaissaient pas l’existence ou ne savaient pas comment les trouver, ce qui indique que les organismes qui fournissent des services de proximité en ligne pourraient en intensifier la publicité.

Références

  1. Brennan DJ, Lachowsky NJ, Georgievski G, et al. Online Outreach Services Among Men Who Use the Internet to Seek Sex With Other Men (MISM) in Ontario, Canada: An Online Survey. Journal of Medical Internet Research. 2015;17(12):e277.
  2. Yang Q, Ogunnaike-Cooke S, Halverson J, et al. Estimated national HIV incidence rates among key sub-populations in Canada, 2014. Presented at 25th Annual Canadian Conference on HIV/AIDS Research (CAHR), 12–15 May 2016, Winnipeg, Canada. Abstract EPH3.5.
  3. Community-Based Research Centre for Gay Men’s Health. Pride, Prejudice, & Determinants of Health: What’s trending with young gay men?. Community-Based Research Centre for Gay Men’s Health; 2013. Disponible à l'adresse : http://cbrc.net/sites/cbrc.net/files/PPDYouthF%20-AC.pdf [consulté le 19 février 2016]