Connectons nos programmes

Fournir une gestion de cas en promotion de la santé aux personnes autochtones à Vancouver 

AIDS Vancouver
Vancouver, C.-B.
2017

Aperçu

Le Programme de gestion de cas en promotion de la santé (HCPM) fournit une gestion de cas à court terme (moins de six mois) axé sur le travail de proximité aux personnes qui courent un risque élevé d’infection au VIH de façon continue et qui pourraient tirer profit d’un soutien pour rester séronégatives. Le programme travaille avec les clients en vue de réduire leur vulnérabilité au VIH en fournissant une gestion de cas pour les aider à acquérir les aptitudes personnelles et d’auto-efficacité qui renforcent leur résilience. Les gestionnaires de cas aident les clients à apporter les modifications voulues à leur comportement, à leur style de vie et à leur santé mentale et affective. Ils abordent aussi les obstacles structurels au bien-être auxquels se heurtent les personnes qui courent un risque élevé d’infection au VIH de façon continue en aidant ces dernières à avoir accès à l’aide sociale, à des services de logement et à des soins de santé, en plus de les aiguiller vers des services communautaires, juridiques et d’immigration.

Le programme fournit un soutien aux personnes à risque appartenant aux groupes suivants :

  1. Les personnes autochtones
  2. Les partenaires séronégatifs des couples sérodifférents
  3. Les femmes
  4. Les nouveaux arrivants, les immigrants et les réfugiés
  5. Les hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH)

L’objectif du HPCM est d’améliorer les aptitudes d’autogestion des clients et, grâce à un régime de soins, de mettre en place un réseau de fournisseurs de services capable d’aider les clients à rester séronégatifs à long terme. Grâce à de solides partenariats communautaires, le HPCM réduit les silos et améliore les soins de santé intégrés pour les personnes qui courent un risque élevé d’infection au VIH de façon continue.

Cet élément de programme complète une étude de cas et un autre élément de programme qui décrit le programme de gestion de cas en promotion de la santé. Pour plus de renseignements sur le travail des gestionnaires de cas en promotion de la santé en général, consultez l’étude de cas du programme HPCM. Pour plus de renseignements sur le travail du gestionnaire de cas qui travaille avec les hommes gais, bisexuels et autres HARSAH, consultez l’élément de programme sur le travail du gestionnaire de cas qui dessert l’autorité sanitaire de Fraser.

Un gestionnaire de cas travaille avec les personnes autochtones à Vancouver qui courent un risque élevé d’infection au VIH de façon continue. Il travaille principalement à AIDS Vancouver, mais il a aussi déjà travaillé dans un organisme qui dessert les personnes autochtones dans le quartier centre-ville Eastside de Vancouver. Cet organisme est situé dans un édifice qui abrite plusieurs autres agences et services qui desservent la population autochtone; il a été choisi parce que les clients autochtones le connaissent déjà et parce qu’il est situé à proximité d’autres organismes qui desservent les personnes autochtones et qui sont près de là où vivent ces dernières.  On continue de forger des liens avec d’autres organismes de Vancouver qui desservent principalement les personnes autochtones, dans l’optique que le gestionnaire de cas puisse offrir des heures de consultation sans rendez-vous ou autres services sur place à ces endroits à l’avenir.

Fournir des services culturellement adaptés aux personnes autochtones

Les clients autochtones peuvent afficher une profonde méfiance envers le système de santé et de services sociaux parce que ce dernier les a peut-être mal desservis traditionnellement. En raison de ce manque de confiance, le gestionnaire de cas s’applique typiquement à forger des liens de confiance et de respect avec les clients en vue de nouer de meilleures relations entre eux et l’ensemble du système de santé et de services sociaux.

Le gestionnaire de cas s’efforce d’être fiable et responsable et incarne ces attributs pour les clients en se montrant crédible et en tenant ses promesses. Il leur dévoile aussi volontairement sa propre identité comme personne autochtone afin de bâtir des relations de confiance avec eux. Une identité autochtone partagée autochtone peut aider à renforcer la confiance grâce à la reconnaissance d’expériences communes.

Le gestionnaire de cas utilise des cadres de travail autochtones pour offrir un soutien culturellement adapté et compétent aux clients. Une des premières tâches qu’il accomplit avec les clients est d’évaluer leur niveau de confort et de familiarité avec la culture autochtone, étant conscient du fait que l’histoire de la colonisation et l’héritage des pensionnats indiens ont influencé la capacité de nombreuses personnes autochtones de maintenir des liens avec leur culture. Après avoir obtenu ces renseignements, le gestionnaire de cas discute avec le client pour déterminer dans quelle mesure ses aînés, ses pairs autochtones et les organismes qui desservent les personnes autochtones sont impliqués dans son système de soutien. Selon le degré de familiarité du client avec les pratiques autochtones, le gestionnaire de cas peut aussi utiliser la roue médicinale pour aborder la santé et le bien-être d’un point de vue holistique.

Combler les besoins des personnes autochtones

Avec la plupart des clients, les premiers objectifs sont de leur procurer des papiers d’identité comme un certificat de statut d’indien, de les aider à présenter une demande d’aide sociale et de logement, et de les aiguiller vers des organismes qui desservent les personnes autochtones, des pairs autochtones et des aînés locaux. Agissant comme un représentant pour les clients, le gestionnaire de cas les aide à naviguer le système de services sociaux et de santé et à repérer des fournisseurs de services sociaux et de santé qui ont déjà travaillé avec des personnes autochtones et qui comprennent les traumatismes, la violence et le patrimoine historiques des pensionnats indiens.

Une fois que ces problèmes structurels ont été abordés, la relation de confiance qu’ont développée le client et le gestionnaire de cas leur permet de se pencher ensuite sur des problèmes dont les clients hésitaient peut-être à discuter, comme les traumatismes et la consommation de substances. Cela permet aussi au gestionnaire de cas d’avoir des conversations qu’il ne pouvait peut-être pas tenir au début de sa relation avec le client, notamment sur des sujets comme le sexe, la consommation de drogues, ainsi que le VIH et sa prévention. Si des soins et des services liés au VIH n’ont pas été identifiés comme étant des besoins immédiats, le gestionnaire de cas peut alors, une fois la confiance établie, aider le client à avoir accès à des services de santé, qui peuvent inclure un test de dépistage du VIH.

Bâtir un réseau de fournisseurs de services pour appuyer les personnes autochtones

L’arrimage à l’ensemble du réseau de fournisseurs de services qui travaillent avec les personnes autochtones à Vancouver est un des principaux services que fournit le gestionnaire de cas aux clients. Le gestionnaire de cas assiste à des rencontres et événements locaux avec d’autres fournisseurs de services autochtones. De plus, il profite souvent des heures de consultation sans rendez-vous des organismes locaux qui desservent les personnes autochtones pour forger et maintenir des liens avec leur personnel et les membres de la communauté. Le gestionnaire de cas a aussi déployé des efforts pour augmenter le soutien fourni aux clients bispirituels en bâtissant des relations avec des organismes bispirituels et les membres de la communauté qui sont disposés à travailler avec les clients bispirituels en tant que pairs. En nouant des relations avec d’autres fournisseurs de services, le gestionnaire de cas se sentira plus à l’aise à aiguiller des clients vers eux, et cela augmentera aussi le nombre de clients aiguillés par ces organismes vers le programme HPCM.

Au bout du compte, le gestionnaire de cas met à profit ses relations avec d’autres fournisseurs de services pour aiguiller les clients vers des services d’une façon durable pour qu’une fois que les clients quittent le programme HPCM, ils puissent entrer en contact avec des fournisseurs de services qui peuvent les aider à maintenir les changements positifs qu’ils ont apportés à leur santé et à leur bien-être lorsqu’ils étaient suivis par le gestionnaire de cas.